Etude annuelle IBM

par Christiane Turck

Voilà les résultats livrés par IBM pour son étude annuelle

Le nombre d’emplois créés par les investissements étrangers augmente de plus de 20 pour cent dans le monde entier. En notant aussi que les économies matures attirent un nombre record de projets d’investissement. Les sociétés investissent de plus en plus sur les marchés émergeants.

L’étude réalisée chaque année par IBM (NYSE : IBM) portant sur les pays recevant des investissements de multinationales dans le secteur de la fabrication, des services et dans le secteur R&D révèle que les Etats-Unis, dont la participation dans des projets d’investissement entrants est passée de 7 pour cent en 2005 à 11 pour cent en 2006, étaient la première destination de projets d’investissement entrants. Plusieurs pays européens (avec, en tête, le Royaume-Uni et la France) enregistrent également des chiffres record dans ce domaine, tandis que dans le monde entier, les activités d’investissement ont augmenté de plus de 20 pour cent en termes d’emplois créés.

Cette étude réalisée par PLI -Global Location Strategies, une division d’IBM, révèle également que les 15 premières destinations d’investissements entrants en 2006 étaient responsables de 73 pour cent des emplois créés contre 85 pour cent en 2005. Ces chiffres indiquent que les sociétés à l’affût d’opportunités d’investissement élargissent leur rayon de recherche. Ainsi, l’Indonésie, le Kazakhstan, le Pakistan et le Vietnam, par exemple, font partie de ce nombre grandissant de marchés émergeants sélectionnés pour accueillir les nouveaux investissements.  

Selon les auteurs de ce rapport, cette augmentation du nombre de projets d’investissement a en partie été stimulée par la forte performance des entreprises dans des économies sources traditionnelles telles que le Japon, les Etats-Unis et l’Europe occidentale. Les résultats de cette étude indiquent également que la source des investissements est en train de s’élargir. A titre d’exemple, l’Inde et la Chine, qui se sont classées respectivement numéro un et numéro deux en termes de nombre d’emplois créés par les investissements entrants, sont en train d’émerger comme d’importantes sources d’investissements sortants tandis que les sociétés présentes dans ces pays pénètrent de nouveaux marchés situés dans d’autres régions géographiques. Désormais, ces deux pays figurent parmi les 15 premiers pays sources d’investissements sortants, un classement dont les premières places sont occupées par les Etats-Unis, le Japon et l’Allemagne.

« Dans l’ensemble, ces résultats indiquent qu’en 2006, les investissements mondiaux visant une implantation étaient principalement guidés par un certain optimisme et la recherche de nouvelles opportunités de marché plutôt que par la réduction des coûts, » a déclaré Roel Spee, Co-Global Leader, IBM PLI-Global Location Strategies.

Le nombre d’emplois créés dans le monde entier dans le secteur de la fabrication par des investissements entrants a atteint la barre des 900 000. Dans le secteur des services, 330 000 emplois ont été créés et, dans le secteur R&D, ce sont 100 000 emplois qui ont vu le jour. 

Fabrication

L’Inde et la Chine conservent leurs places de leaders en termes de nombre total d’emplois créés dans le secteur de la fabrication grâce à des investissements entrants visant une implantation mais le Vietnam a pris de la vitesse dans ce domaine. Tandis que l’Inde s’est emparée de la première place en termes d’emplois créés dans le secteur de la fabrication (126 000), laissant la Chine derrière elle, le Vietnam a doublé les chiffres enregistrés l’année dernière, se retrouvant ex aequo avec la Chine, avec 100 000 emplois créés. Le Mexique et les pays de l’Europe de l’Est se concentrent également activement sur les emplois liés aux activités de fabrication. L’Inde s’est montrée particulièrement performante dans les secteurs des TIC et des équipements de transport alors que les emplois créés en Chine et au Vietnam étaient principalement liés aux activités de fabrication dans le secteur de l’électronique. En ce qui concerne le nombre d’emplois créés dans le secteur des équipements de transport, le Mexique et l’Europe de l’Est ont enregistré des résultats supérieurs à la moyenne.

Services

Dans le secteur des services, l’Inde et les Philippines dominent les activités mondiales liées aux services partagés avec, respectivement, 32 pour cent et 16 pour cent d’emplois créés. Le Brésil est également un marché solide sur le plan des services partagés. Parallèlement, de nouveaux sièges sociaux s’installent principalement dans des carrefours régionaux traditionnels (Etats-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Singapour) et sur des marchés en pleine expansion (Chine, Mexique).

R&D

Tandis que l’Inde et la Chine dominent le classement mondial en termes d’emplois créés dans le secteur R&D grâce aux investissements entrants avec, respectivement, 54 pour cent et 12 pour cent d’emplois créés, d’autres économies émergeantes, telles que la Roumanie et le Vietnam, sont de plus en plus considérées comme des destinations attirant les investissements dans le secteur R&D. Les auteurs de ce rapport notent que, bien que les entreprises avaient l’habitude d’aborder la mondialisation des activités R&D avec circonspection, elles sont de plus en plus à l’affût d’opportunités leur permettant d’étendre leurs activités R&D à d’autres pays afin d’exploiter les réservoirs de talents disponibles dans le monde entier. A titre d’exemple, Singapour, Israël et l’Irlande se sont montrés particulièrement performants lorsqu’il s’agissait d’attirer de nouveaux emplois dans le secteur R&D.

« Tout en continuant à chercher des stratégies leur permettant d’optimiser leurs modèles opérationnels, les sociétés internationales établissent de plus en plus de divisions dans des pays offrant le meilleur rapport qualité/prix pour une unité spécifique, » a déclaré Gene Deprez, Co-Global Leader, IBM PLI-Global Location Strategies. « La grande performance des marchés émergeants révélée par l’étude menée cette année et le dynamisme des économies matures qui attirent un grand nombre de projets reflètent l’évolution actuelle de l’entreprise mondialement intégrée en tant que modèle d’entreprise. »

Recommandations clés
A l’attention des sociétés investisseuses multinationales —
 

— Face à un vaste éventail de destinations, le choix est loin d’être plus facile.  
— Les sociétés doivent se préparer à résoudre les problèmes engendrés par l’implantation dans une région très prisée où le personnel qualifié peut rapidement se raréfier et où les salaires peuvent augmenter d’une manière fulgurante.

A l’attention des pays/agences de développement économique à la recherche d’investissements —

— Evaluer et commercialiser en continu les avantages de la région concernée. Identifier les nouveaux secteurs d’activité se distinguant par un fort potentiel d’investissement et déterminer si les régions concernées sont attractives.
  — Définir avec précision leurs propositions de valeur uniques pour les investisseurs et promouvoir ces régions avec plus de professionnalisme.
— Compléter leur personnel généraliste en y ajoutant des experts et demander une plus grande implication du secteur privé dans le cadre des stratégies de développement économique.

Se tourner vers l’avenir

– L’importance grandissante de la responsabilité sociale des entreprises (y compris des pratiques appliquées au travail, de la politique environnementale, de la consommation d’énergie et de la gestion de la chaîne logistique) représente un nouveau critère décisionnel ainsi qu’un nouvel impératif pour les investisseurs, les multinationales et les communautés.
 – Les destinations potentielles doivent donc appliquer des politiques environnementales attractives pour les sociétés investisseuses et se montrer capables de développer et d’offrir des partenariats progressifs avec des sociétés.

– Les problèmes liés à la responsabilité sociale des entreprises revêtiront une importance particulière pour les marchés émergeants se caractérisant par une infrastructure moins développée. Pour une multinationale ayant l’habitude d’appliquer des pratiques standard dans le cadre de la gestion de la chaîne logistique, des politiques locales sous-développées liées au personnel et à l’environnement pourraient retarder ou détourner les investissements en dollars.

Le rapport IBM Global Location Trends est publié chaque année par IBM PLI-Global Location Strategies, une division appartenant à IBM Global Business Services spécialisée dans l’élaboration de stratégies d’implantation internationale pour les entreprises ainsi que dans les services de développement économique destinés aux organismes gouvernementaux. Pour de plus amples informations, veuillez visiter le site www.ibm.com .   

Méthodologie :
Le rapport Global Location Trends 2006 est tiré de la base de données IBM Global Investment Locations Database (GILD), une base de données unique créée par PLI-Global Location Strategies, une division d’IBM. La GILD répertorie régulièrement toutes les annonces de projets d’investissement dans le monde entier en vue de surveiller les décisions prises par les dirigeants d’entreprise en matière d’implantation. Cette base de données surveille les investissements au niveau du projet. La GILD répertorie les annonces de nouveaux projets et de projets d’expansion faites par des sociétés dans le monde entier. Cette base de données ne tient cependant pas compte des fusions et des acquisitions ni des autres formes d’investissement, à moins que ces opérations donnent lieu à un nouveau projet ou à un projet d’expansion.

IBM utilise la base de données GILD pour informer ses clients investisseurs des destinations actuellement privilégiées par les investisseurs et leur fournir ainsi des informations clés leur permettant d’identifier toutes les options d’implantation qui s’offrent à eux. La GILD permet d’analyser de manière très détaillée les tendances actuelles en matière d’investissement par zone géographique, par sous-secteur et par activité – et d’identifier ainsi la force d’attraction d’investissements transfrontaliers d’une région, de surveiller les pays ciblés, etc.  

La Belgique attire un nombre record d’investissements étrangers

En 2006, la Belgique a attiré pas moins de 216 nouveaux projets d’investissement étrangers. Ce chiffre, le plus élevé jamais enregistré, représente une augmentation de 46 % par rapport à 2005. Comme il s’agissait la plupart du temps de projets de petite taille, le nombre d’emplois créés est toutefois resté limité. Malgré tout, ils ont créé 9.900 nouveaux emplois en 2006, contre 6.500 en 2005. L’augmentation en Flandre a été notable (53 %), tandis que la Wallonie s’est très bien ressaisie après une mièvre année 2005. La Flandre continue d’attirer la majorité des projets d’investissement en Belgique : 55 % de tous les projets et pas moins de 64 % des emplois créés. 18 % des nouveaux projets ont bénéficié à Bruxelles, tandis que la Wallonie en a attiré 27 %.

Les Etats-Unis (36 % des nouveaux emplois) et la France (12 %) restent les plus grands investisseurs dans notre pays devant les Pays-Bas (10 %) et l’Allemagne (8 %). L’Inde elle aussi s’affirme progressivement comme un acteur important : ce pays a pris à son compte quelque 7 % des nouveaux emplois créés en Belgique par les investisseurs étrangers. Les entreprises belges, quant à elles, investissent principalement chez leurs voisins français et en Europe de l’est. Les investissements des entreprises belges à l’étranger sont restés relativement stables : le nombre de projets a augmenté de 4 % et le nombre d’emplois d’un pourcentage identique.

Ce sont essentiellement les secteurs de l’automobile et de la chimie qui réalisent de bons résultats en Belgique. L’offre de services continue également d’augmenter. On remarque particulièrement que la Flandre fait mieux que la Wallonie en ce qui concerne la création d’emplois dans le secteur industriel. Pour finir, les entreprises étrangères continuent de préférer Bruxelles pour y implanter leur nouveau siège social.

La Belgique en Europe

La Belgique réalise également d’excellents résultats dans le contexte européen. Avec 216 nouveaux projets, elle passe de la huitième à la quatrième place au classement européen. Ce classement est emmené par le Royaume-Uni (1036 projets) et la France (756), qui obtiennent tous deux également un résultat record. L’Allemagne complète le podium juste devant la Belgique.

En nombre d’emplois, la Belgique est restée à la treizième place. Ici également, c’est le Royaume-Uni qui est numéro 1, tandis que les pays d’Europe de l’est dominent la liste.

Publicités